Saviez-vous que

Calfeutrage endommagé?

 

Si on attend trop, l’eau s’infiltre et les dégâts apparaissent. Les gens négligent le calfeutrage et placent leur budget ailleurs mais pendant ce temps, le bâtiment se détériore et des dégâts majeurs se préparent.

 

Les causes de l’infiltration d’eau dans le mur sont très nombreuse, mais le résultat final est toujours le même. les dommages ainsi causés sont susceptibles de réduire l’efficacité de l’isolant et d’augmenter les possibilités de problème dus au gel et au dégel, en plus de miner l’intégrité structural du parement. Des défaillances de cette nature ont souvent des répercussions dévastatrices.

La majorité des gens pensent qu ‘une petite fente n’est pas grave. Pourtant, un espace vide de 1/32 de po(0,8mm) autour d’une fenêtre de 4pieds sur 4, équivaut à un trou d’environs 3 pouces (7cm) de diamètre, une ouverture grande comme celle d ‘un verre d ‘eau.

Notre scellant démontre une adhérence tenace, une grande flexibilité et peut subir les écarts de température sans se fissurer ou décoller au fil du temps. Cette formule unique résiste aux intempéries, possède une adhérence équilibrée, ce qui en fait le produit idéal pour résister aux conditions rigoureuses. À noter que ce n’est pas le cas avec les produits offerts dans les magasins à grande surface.

 

Calfeutrez pour éviter les fourmis charpentière !

Les fourmis charpentières sont des fourmis qui ont la capacité d’ endommager les structures en bois tel que le bois de charpente en y creusant des galerie. La fourmi rouge charpentière (Camponotus herculeanus) et la fourmi noire charpentière (Camponotus pennsylvanicus) sont les deux plus connues.

fourmis   fourmis2

À QUOI SERT UNE CAMÉRA THERMIQUE ?

Une caméra thermique est un outil de mesure qui remplit deux fonctions :

  1. Détecter et mettre en image des phénomènes invisibles à l’oeil nu.
  2. Mesurer des températures de surface à distance.

A quoi ressemble une caméra et comment ça marche?

 

gun_chaleurTous les corps rayonnent. Ce rayonnement dépend de la quantité de chaleur émise. La caméra thermique infrarouge, à travers son objectif, capte ces rayonnements. Là où une photo numérique va capter les points de lumière, la caméra infrarouge va capter ce rayonnement et le traduire en un ensemble de points de températures de surface qui vont composer « l’image thermique ».

Sur chaque image, la température est traduite par un code de couleur. Plus un point est froid, plus la couleur associée va être choisie dans les tons de couleurs froides (noir, violet, bleu…) et inversement. Ces couleurs ne sont que des conventions destinées à faciliter la lecture de l’image thermique. On obtient ainsi une image thermique d’une fenêtre, d’une prise électrique ou d’un point d’humidité sur un mur.

La mesure de cette température est relative aux autres éléments dans la pièce. C’est-à-dire que si tous les murs sont froids, l’image infrarouge sera homogène. En revanche, si un radiateur est posé sur la face interne d’un mur non isolé, l’examen thermographie de la surface extérieure du mur permettra de visualiser l’empreinte thermique du radiateur (la fuite des calories à travers le mur) par un rectangle de couleur jaune orangé, tranchant vivement avec la couleur plutôt bleutée du reste du mur.

Lorsqu’une anomalie est détectée, deux clichés sont enregistrés par le diagnostiqueur. Le premier est une image numérique classique, il sert de repère. Le second est une image infrarouge.